Actu

Agenda

Le Blog

 
Yalla !

Yalla !

C’est parti ! Recherche, création, on se jette dedans avec énergie ! Dès ce matin, après une séance de danse déjantée pour nous réveiller, nous sommes partis dans l’improvisation.
Chacun a noté sur un papier une émotion, un état du moment, puis 5 groupes ont tiré un de ces papiers et préparé une petite scène intégrant techniques de cirque et théâtre, qu’il s’est ensuite agi de présenter. Dans un deuxième temps, qui le voulait tirait un papier et se lançait sans préparation, sollicitant l’aide de quelques personnes si nécessaire.

JPEG - 134.6 ko


Tout le monde dans le public devait aussi rester prêt à intervenir. Nous eûmes droit à de beaux moments d’écoute et de surprises. Je ne vous raconterai qu’une scène, non pas qu’elle soit meilleure que les autres, mais c’est probablement la seule que je puisse vous retranscrire ici sans qu’elle perde (trop) d’intérêt.

JPEG - 169.3 ko


Le mot de départ était "tristesse", mais seule celle qui l’avait pioché le savait au début de l’impro. Recroquevillée sur scène, elle refusait un à un les cadeaux de plus en plus volumineux d’un autre personnage qui voulait lui redonner le moral.

JPEG - 154.7 ko


Puis celui-ci lui offrait un mouton, déjà présent dans la scène précédente. L’animal redonnant un petit sourire à la protagoniste triste, son ami décidait de lui en offrir un plus gros. La tristesse continuait à s’estomper, et tous les spectateurs-acteurs furent très rapidement transformés en moutons, qui dans un câlin géant portèrent acrobatiquement l’ex-triste, maintenant transie de joie. L’image était belle, l’écoute parfaite et le plaisir partagé.

JPEG - 244.6 ko


L’après-midi, la séance, raccourcie, laissa deux heures de recherche dans les techniques aux circassiens. Il fallait finir plus tôt car hier soir, il y-avait nuit culturelle au programme, et il fallait la préparer. Les lidotiens saisirent l’occasion pour étaler leur savoir-faire culinaire :

JPEG - 241.3 ko


tarte à tomate en entrée, "La Pasta de Tommaso" en plat principal (il en reste pour une ou deux semaines, si vous passez par là), crêpes, tarte au citron meringué et korvapuusti (brioche finlandaise et épicée) au dessert, avec les confitures (et oui Francis, ça y-est, les filles les ont faites !).

JPEG - 171.3 ko


L’an dernier, lorsque les Palestiniens étaient venus à Toulouse, les ados avaient eu du mal à apprécier autre chose que des spécialités libanaises. Et bien il n’en fut rien hier soir, tout le monde s’est régalé. Un peu trop peut-être, puisque le programme suivant, danses palestiniennes traditionnelles, dût être un peu écourté en raison de la fatigue. Nous eûmes cependant l’occasion d’admirer les mouvements d’épaule et de bassin des jeunes artistes d’ici, et leur sens de la fête. Je crois que nous n’avons pas fini de danser d’ici à noter départ, même si ce soir, l’énergie a peut-être un peu manqué. L’initiation de danse argentine fut également reportée.

JPEG - 105 ko


Finalement, nous nous sommes retrouvés devant la projection d’un court montage vidéo de la première semaine que nous avait préparé Courtney, ainsi que des photos de Milan, avec des applaudissements chaleureux à la clé.
Nayef nous avait promis une soirée sans cirque ni politique, ce qui fait parfois du bien...
Cependant, à la fin de la soirée, sur le toit et devant une lune non pas rousse mais rubis, c’est pourtant la politique et le cirque qui alimentèrent la conversation des derniers lidotiens éveillés. Serions nous passés si nous étions arrivés une semaine plus tard ? Pas évident au vu des arrestations massives qui ont eu lieu à l’aéroport de Tel Aviv ces derniers jours. Quel cirque pratiquer après l’expérience que nous vivons ? Comment le monde peut-il rester insensible face à une telle injustice ? L’opinion israélienne est-elle bien informée ? Lundi soir, nous rencontrerons un réalisateur israélien engagé contre l’occupation, qui pourra nous aider à répondre un peu.

JPEG - 159.9 ko


Une autre question nous taraude avec excitation, à laquelle nous allons devoir répondre très vite.
Comment, en seulement quatre jours de recherche et deux de répétitions, allons nous pouvoir monter un spectacle avec une trentaine d’artistes si différents ? L’envie qui nous transcende est pour ce faire notre meilleur allié.


Les commentaires


Ecrire un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message :


Suivre les commentaires de cet article : RSS 2.0 | Atom