Actu

Agenda

Le Blog

 

Le droit au retour

Les conseils qu’on nous a donnés visent à limiter nos problèmes au contrôle autant qu’à protéger ceux qui travaillent à l’ECP ou que nous avons croisé dans cette aventure. Il s’agit de supprimer les documents les mentionnant, d’effacer tout caractère militant à ce voyage. Le blog sera d’ailleurs désactivé toute la journée du 24. Les tee-shirts "free Palestine", ainsi que les documents susceptibles de poser problème seront envoyés par courrier depuis Israël. Ces mesures sont peut-être un peu exagérées, mais le climat qui règne, l’actualité et les témoignages nous incitent à la prudence.
Mais avant de partir, il y a les au revoir, qualifiés d’"à bientôt" par le groupe pour accepter un peu qu’ils soient inévitables. Avant de partir, nous offrons des peluches de moutons, clin d’œil au spectacle. Et nous montons dans le bus les yeux mouillés. C’est une famille qui se sépare, une vraie. Ca ressemble un peu à une fin de colo, mais là, personne ne promet de s’écrire, preuve s’il en faut que nous garderons contact et que ce n’est que le début de l’aventure.
Arrivés à l’aéroport, nous subissons un premier contrôle au cours duquel un soldat évidemment armé bien que porteur d’un appareil dentaire plus en symbiose avec son âge qu’une mitraillette me fait sortir du bus pour me poser les premières questions. Ce n’est que le début. Pendant 3 heures, nous subirons une dizaine de contrôles. Un des chefs de la sécurité demande à parler au leader du groupe. Si l’idée de lui expliquer que nous fonctionnons en autogestion nous caresse l’esprit, je me désigne cependant sans broncher. Il m’interroge, avec comme but évident de dénicher la faille, l’incohérence qui nous rendra suspects. Mais je m’en sors bien, de même que les autres, pris au hasard dans le groupe. Jouer les joyeux circassiens innocents est payant, mais ça nous a coûté. Nous sommes énervés, en colère contre tous ceux qui prétendent qu’Israël est une démocratie, tous ceux qui, complices silencieux ou actifs, l’encouragent dans son glissement dangereux. Nous passons les contrôles sans encombre et nous retrouvons dans le 747 mais nous avons besoin de lâcher. Nous organisons donc une petite bataille de polochon pas spécialement du goût de tous les passagers, mais à ce moment là, peu importe. Après de trop longues heures, nous arrivons à Frankfort où une partie du groupe achève son voyage. Les autres repartent à Toulouse où nous atterrissons en chantant cette chanson arabe qui fut notre hymne pendant le séjour. Nous sommes toujours émus. Quand j’explique au chauffeur du bus qui nous ramène ce que nous avons vécu, il conclut par un "on est quand-même bien en France". S’il le dit... Nous, on préfèrerait être là-bas, avec nos amis. Mais la vie va continuer pour tous, et nous revenons changés, chargés de cette aventure qui nous marquera probablement dans notre vie artistique et dans notre humanité.
Nous nous quittons sur des remerciements, car c’est vraiment tous ensemble que nous avons permis à cette aventure de devenir ce qu’elle a été. Le lido, la mairie de Toulouse, l’École de Cirque de Palestine, nous tous, avons réalisé quelque chose de très beau, et ce n’est que le début. Nous avons la conviction que ces projets sont utiles.
Je vous remercie du fond du cœur d’avoir été avec nous dans cette aventure, (au-moins) à travers du blog. Sa fréquentation témoigne de votre intérêt pour ce voyage et ce qu’il représente. Je pars un peu en vacances mais ce blog reprendra prochainement ses activités. On y parlera de la Palestine, ainsi que de culture, et de mouvements. Les mois à venir seront déterminants à tous points de vue : en septembre, la Palestine va tenter d’être reconnue en tant qu’Etat à l’ONU. L’an prochain, il y- a des élections en France et aux Etats-Unis. Nous pouvons changer le monde, ce voyage a renforcé ma conviction là dessus. Alors n’hésitez pas, diffusez ce blog, renseignez vous sur le boycott-désinvestissement-sanction, parlez, échangez, il y a une multitude de moyens d’agir. Nous sommes vivants, et comme les Palestiniens, bien décidés à le rester dans un monde qui deviendra plus juste.

Les photos de Milan seront intégrées à l’article dès que ce sera possible, c’est à dire pas tout de suite. Tant mieux, vous n’oublierez pas de revenir !


Les commentaires


Ecrire un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message :


Suivre les commentaires de cet article : RSS 2.0 | Atom