Actu

Agenda

Le Blog

 
La justice avant la paix

La justice avant la paix

L’article d’hier valant description des deux journée qui l’ont précédé, celui du jour ne décrira pas notre programme, mais tentera plutôt d’expliquer le positionnement politique de l’Ecole de Cirque de Palestine, particulièrement sur une question : les relations possibles avec des partenaires israéliens. Et bien sûr, les photos ne sont pas liées au texte...

JPEG - 113.7 ko

Commentant (de manière fort sympathique et juste) un récent article de ce blog, le directeur du Lido souhaitait que nous puissions un jour "réunir autour d’une action culturelle tous les protagonistes" de l’histoire que nous vivons. Oui, c’est un souhait qui nous est cher, une utopie qui nous anime. Cependant, être ici permet de se rendre compte du chemin qu’il reste à parcourir pour y parvenir.

JPEG - 111.8 ko

La position de l’Ecole de Cirque de Palestine est claire, bien que difficile à comprendre pour nos modes de pensée emprunts de tentative de paix. Je ne l’ai comprise qu’en venant ici. La paix, celle d’Oslo en 1995 comme les autres tentatives, n’a pas été perçue par les Palestiniens comme une avancée : à chaque traité a succédé un nouveau recul de leurs droits vis à vie de l’Etat israélien. Le problème ne concerne pas la paix, mais la justice, et sa répercution concrète est le refus de coopérer avec des Israéliens, à moins qu’ils prennent position contre la politique d’occupation de leur gourvernement.

JPEG - 99 ko

Ils ne sont pas nombreux à le faire, car cela revient à se mettre à dos une bonne partie de l’opinion publique de leur pays, et à se priver d’un réseau et de financements dont ils dépendent souvent.

JPEG - 99.7 ko

Oui, dans les deux camps il y-a des humains, et oui il serait possible, humainement, de travailler ensemble aujourd’hui. Mais pour quoi faire, dès lors que cette humanité commune n’est pas à prouver ? Hors de question pour les artistes de l’ECP de contribuer à ce qu’il leur semble être une tentative d’acheter une bonne conscience aux Israéliens qui ne font pas assez selon eux pour convaincre leurs concitoyens de la nécessité de changer d’état d’esprit, ou à la communauté internationale qui entre ventes d’armes et passivité est perçue, avec violence comme complice, ou méprisante (nous l’avons constaté maintes fois, pris à partie par nos interlocuteurs sur l’inaction - ou pire l’action - de nos gouvernements).

JPEG - 73.2 ko

Il ne s’agit pas, contrairement à ce qu’on pense souvent vu d’ailleurs, de réconcilier deux peuples, de lever des malentendus entre eux. Le besoin des Palestiniens ne réside pas dans l’entente avec leur voisin mais, je le répète, dans la justice. Elle est absente de leur vie depuis 1948. Ils n’ont pas d’Etat, pas la liberté de se déplacer ni celle de s’exprimer. Leur économie est entravée. Et cela sans que la Communauté Internationale réagisse à la hauteur de ce qu’elle est parfois capable de faire dans d’autres régions du monde.

JPEG - 110.8 ko

Ce que veulent les membes de l’ECP, c’est que cette communauté internationale contraigne Israël à être ce qu’il prétend : une démocratie, respectant les droits humains les plus élémentaires. Il y-aura alors, j’en suis certain, de nombreux projets réunissant des protagonistes de ces deux pays aux cultures bien plus proches que la situation actuelle le laisse croire.

JPEG - 141 ko
JPEG - 96.6 ko
JPEG - 93.6 ko
JPEG - 112.5 ko


Les commentaires


Ecrire un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message :


Suivre les commentaires de cet article : RSS 2.0 | Atom