Actu

Agenda

Le Blog

 
Echanges, échanges...

Echanges, échanges...

Hier, il y avait cirque au programme, concocté conjointement par des lidotiens et des Palestiniens. Ceux qui seraient tentés de me préciser que "lidotien" n’est pas une nationalité n’auraient certes pas tort, mais il y a dans notre groupe des Français, des Allemands, des Italiens et des Argentins, donc...
Beaucoup de jeux pour commencer, histoire de permettre à chacun de se connaitre un peu et de se faire confiance. Apprendre les prénoms de manière ludique, courir les yeux fermés et être rattrapé par les autres, fixer ensemble des règles de vie pour l’espace d’entrainement... des petites choses qui contribuent à créer un groupe, et qui soulèvent les premières questions. La compétition, le principe gagnant/perdant, l’élimination, ces concepts trouvent encore plus leur limite ici.

JPEG - 123.8 ko


L’après-midi, après un échauffement sauce lido très apprécié qui a fait beaucoup transpirer, les ateliers étaient lancés. Les lidotiens se sont répartis autour de 5 techniques : aériens, acrobatie, jonglage, mât chinois et équilibre. Les Palestiniens, qui sont pour l’instant 11 en attendant l’arrivée des 4 candidats au bac local qui terminent leurs épreuves aujourd’hui, tournent en petit groupe, un atelier par demi-journée, jusqu’à ce qu’ils aient tout essayé.
Comme il y a pour l’instant moins de Palestiniens que de lidotiens, c’est très confortable pour enseigner, car il s’agit bien de cela. Au niveau technique, les Palestiniens sont loin de nous. Mais ils se rattrapent largement sur l’envie, l’énergie engagée dans leur apprentissage. A n’en pas douter, les progrès seront rapides. Il le faudra puisque les jours sont comptés, et que nous commencerons vite à nous pencher sur le spectacle. Ce prochain temps favorisera les échanges. En attendant, il nous faut trouver comment ne pas tomber dans la répétition, comment recevoir en donnant, comment s’adapter à ce contexte si particulier. Le contexte... Hier soir, Nayef, le professeur de l’École de Cirque de Palestine, nous a un peu raconté sa vie, dans une famille chassée de sa maison à Haïfa, réquisitionnée par les Israéliens, et les massacres de Jénin en 2002, qu’il a vécus... Tout à coup, faire du cirque devient un acte de bravoure, vis à vis de lui plus que de l’occupant. Il faut se transcender pour ne pas tomber dans la haine et la spirale infernale de la violence. Choisir le camp de l’espoir est loin d’être une évidence. Peu à peu, le groupe, et je m’inclus évidement dedans, réalise ce à quoi il participe ici.

JPEG - 116.8 ko


Nous sommes tous motivés, heureux, et la fatigue nerveuse et physique est balayée par l’envie. Tous les jours, nous apprenons de nouveaux mots en arabe. Et bien plus encore...


Les commentaires


Ecrire un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message :


Suivre les commentaires de cet article : RSS 2.0 | Atom